Liste Paris 19ᵉ Non à la privatisation de Paris, Paul Pasquiou

« Pour rompre avec la politique de privatisation d’Hidalgo. Rompre avec la mise en œuvre de la politique de Macron à Paris. »

ROMPRE LE PACTE BUDGÉTAIRE D’AUSTÉRITÉ ET DE PRIVATISATIONS SIGNÉ AVEC MACRON

Il faut rompre le « pacte de confiance » passé entre l’État et la majorité PS-PCF-EELV-Génération.s de Madame Hidalgo, parce que ce pacte interdit d’augmenter le budget de fonctionnement de la Ville de Paris de plus de 1,2% par an, inflation comprise, et pousse donc à la privatisation des services publics municipaux.

RÉDUIRE DE 30 % LES LOYERS ET LES BLOQUER !

N’est-il pas scandaleux que, dans le 19e arrondissement, un jeune couple doive payer plus de 1 000 euros pour un 40 m2 ou qu’un étudiant paye 700 euros pour un studio ? Une réduction immédiate des loyers et leur blocage, voilà notre programme.

Des mesures dans ce sens ont été prises à Berlin… mais pas à Paris !

Le gouvernement Macron s’opposerait à ce que le Conseil de la commune de Paris prenne de telles dispositions ? Alors la démocratie serait bafouée et la question d’un autre gouvernement, au service des travailleurs et de la jeunesse, se trouverait conjointement posée.

RÉQUISITIONNER LES LOCAUX VIDES POUR PARER À L’URGENCE

En 2020, dans une ville aussi riche que Paris, 700 enfants dorment dans la rue chaque nuit ! C’est inacceptable, c’est indigne ! Pour parer à l’urgence et les mettre à l’abri, pour loger les familles dans la détresse, les SDF, les migrants victimes de la misère et de la guerre, le Conseil de Paris doit décider la réquisition des locaux vides, à commencer par ceux des institutions financières et des administrations.

DÉVELOPPER, ENTRETENIR ET RÉNOVER LES LOGEMENTS SOCIAUX

La Mairie de Paris doit orienter la dépense publique vers la population, et non vers les travaux somptuaires, les JO et la spéculation immobilière !

Elle doit mettre à disposition de véritables logements sociaux en nombre suffisant pour tous les demandeurs, avec des loyers correspondants et non des loyers« intermédiaires » dont les montants tendent vers le marché privé et contribuent à la hausse effrénée des prix de l’immobilier.

Le Conseil de Paris doit décider d’un plan massif d’investissement pour rénover les logements sociaux mal isolés, véritables passoires thermiques.

Il est bien de vouloir planter des arbres dans les beaux quartiers. Il est plus ambitieux d’éviter le gaspillage d’énergie ce qui permettrait, de plus, de réduire les factures d’électricité qui pèsent lourd dans le budget des familles !

REMUNICIPALISER TOUS LES SERVICES SOUS-TRAITÉS AU PRIVÉ

Stationnement, crématorium du père Lachaise, services de ménage des bibliothèques doivent être remunicipalisés.

Les transports alternatifs (vélibs, trottinettes, autolibs, etc.) doivent être mis en régie municipale, ce qui donnera aussi un contrat aux jeunes honteusement exploités par Uber et ses concurrents.

PAS TOUCHE À LA RATP QUI DOIT RESTER RÉGIE PUBLIQUE ET CONSERVER SON MONOPOLE

Les transports parisiens sont convoîtés par les grands groupes capitalistes. La loi LOM sur les mobilités, votée la veille de Noël 2019, reprenant la logique de «concurrence libre et non faussée» de Bruxelles, ouvre la voie à la privatisation. Des projets de mise en concurrence des lignes de bus, puis des tramways et de toute la RATP sont prévus entre 2021 et 2024. Pourquoi ce silence de la mairie de Paris ? Une municipalité au service de la population doit bloquer toute tentative de privatisation.

HALTE À LA GHETTOÏSATION DE L’ÉCOLE !
UNE SEULE ÉCOLE, PUBLIQUE, POUR TOUS !

Paris est la seule grande ville à imposer des rythmes scolaires sur cinq jours contre l’avis de l’immense majorité des enseignants et des parents.

Ces « rythmes », appliqués par Mme Hidalgo et sa majorité, désorganisent les cours, désorientent et fatiguent les élèves. Ils perturbent l’emploi du temps de l’enfant et sèment le trouble entre les temps d’apprentissage en classe et les activités périscolaires décidées par la Mairie de Paris — et largement gérées par le secteur privé, employant vacataires et précaires.

Les « cités éducatives » voulues par le ministre Blanquer et la Maire de Paris, renforcent une politique de ghettos dans les 19e et 20e arrondissements.
Elles préparent un bac local au rabais, dans le cadre de la réforme Macron-Blanquer – contre laquelle se mobilisent en toute légitimité les jeunes, les enseignants et les parents.

Retour aux rythmes scolaires sur quatre jours, halte aux ghettos, pas un sou public à l’école privée qui en profite pour se développer !

DES LITS, DES PERSONNELS SUFFISANTS AVEC DE VRAIS SALAIRES POUR L’HÔPITAL ROBERT-DEBRÉ ET TOUS LES HÔPITAUX DE L’AP-HP !

Madame Hidalgo est présidente du conseil de surveillance des hôpitaux de Paris (AP-HP). Un maire, qui est donc informé dans le détail de toutes les orientations gouvernementales et de leurs conséquences, serait dans son rôle en informant précisément, à son tour, les hospitaliers, leurs organisations, les patients et toute la population sur les plans ourdis contre l’hôpital public.

La population serait en droit d’attendre d’une maire qui prétend se préoccuper de l’hôpital public, qu’elle prenne clairement position contre la fermeture de l’hôpital Bichat, qu’elle appelle la population à se mobiliser contre le manque de lits, le manque de personnels aux urgences, dans la plupart des services, comme en a témoigné la récente grève des infirmières de blocs opératoires de l’hôpital pédiatrique Robert-Debré.

ÉCOLOGIE, HYGIÈNE & POLLUTION

La majorité municipale PS-PCF-Écologie les verts- Générations.s, en conséquence du contrat d’austérité passé avec l’État, a réduit les effectifs de la Ville de Paris en matière de dératisation, de contrôle de la qualité de l’eau et de l’air, de balayage des rues.
Il ferme les uns après les autres les centres de soins de la Ville.
Il faut ré-embaucher massivement des agents municipaux sous statut pour les centres de
santé, le nettoyage des rues, la dératisation, la désinsectisation (cafards, punaises de lits en recrudescence).

LES ENFANTS ET LES PERSONNES ÂGÉES : PREMIÈRES VICTIMES DU BUDGET D’AUSTÉRITÉ D’HIDALGO

Le 9 décembre 2019, Madame Hidalgo et sa majorité PS-PCF-EELV- Génération.s ont voté comme un seul homme le dernier budget de la mandature. Ce budget de « sobriété » a fait l’unanimité syndicale contre lui. Il relaie, sur Paris, la politique de Macron.

Jugez par vous-mêmes : les dépenses d’enseignement, formation professionnelle et apprentissage régressent de 2,7 millions d’euros ; le budget de la culture, vie sociale, jeunesse, sports et loisirs perd 3,3 millions d’euros ; l’aide sociale à l’enfance baisse de 4,1 millions d’euros ; l’aide aux personnes âgées / allocation personnalisée d’autonomie (APA) est réduite de 9,4 millions d’euros !

Des dizaines de postes de travail sont, par ailleurs, supprimés parmi les personnels administratifs, les professeurs de la Ville de Paris, dans le secteur médico-social, dans la culture, dans l’animation et l’action sportive, parmi les agents spécialisés des écoles maternelles (ASEM), les services funéraires, les agents de nettoyage. (source: budget de la Ville de Paris 2020)