Communiqué des adhérents du POID à Pôle emploi en Ile-de-France Les agents confrontés au chaos

Communiqué du mercredi 18 mars 2020

Brief après brief, les annonces de la direction provoquent la consternation et la colère.

Le refus obstiné d’autoriser le travail de proximité et l’extension du télétravail combiné à la consigne de continuer les PRV et la réception des cas urgents alors même que nous n’avons ni gel, ni gants, ni masques livre les agents au chaos.

Alors que les suspicions de cas d’infection suivies de fermetures en catastrophe se multiplient (Vitruve, Jean Moulin, Nanterre…), des agences continuent d’assurer les PRV voir les GPF comme sur Beaumarchais. En application des consignes de la direction, certains collègues vont même faire le coupe-file à la sortie de l’agence.

La direction va-t-elle s’obstiner à livrer les agents à la contamination ?

La veille de la fermeture de Jean Moulin, une collègue s’indignait : « On a l’impression d’être envoyés sans protection dans une centrale nucléaire « . Dans les agences, une expression se répand : « on est envoyés au front…« 

Dans certaines agences, comme à Jean Moulin, Bd Ney, Pantin et Piat, les agents syndiqués et non syndiqués se sont organisés et ont rédigé leurs motions avec leurs revendications. Ils ont d’abord exigé les conditions sanitaires minimales : gel, savon, gants, masques, rétablissement des heures de ménage supprimées… Face au silence de la direction, ils ont exigé l’autorisation de la proximité et de l’extension du télétravail.

Maintenant que les cas se multiplient parmi les agents, une exigence monte: Pas un jour de plus ! Nous sommes en danger, laissez-nous rentrer chez nous maintenant !

Mieux que quiconque, les agents savent que les allocataires ont besoin d’eux. Ils n’ont aucune leçon à recevoir de la direction qui a supprimé des postes et fermé la moitié des agences en 2012. Ils n’ont aucune leçon à recevoir d’un gouvernement qui verse des milliards d’euros aux entreprises au lieu de construire des hôpitaux, du gel, des gants, des masques et des respirateurs.

Les agents connaissent les premières mesures immédiates à prendre pour défendre les allocataires :

– Maintien et prolongation sans condition de toutes les allocations,
– Déclenchement automatique de tous les paiements sans conditions de justificatifs, – Suspension de tous les trop-perçus

Nous sommes entrés dans une situation difficile et nul ne peut en prévoir les développements.

Pour nous protéger, protéger nos familles et nos proches une urgence : Droit de retrait !

Dans cette période confuse, les agents Pôle emploi comme tous les travailleurs n’ont pour eux que l’organisation. Ils ont commencé à s’organiser en se regroupant sur des motions et en constituant leurs réseaux en situation de confinement.

Sur le « front » des agences comme dans le confinement nous aurons à défendre nos revendications.